> Accueil » Histoire de l’I.A

Histoire de l’I.A

histoire ia

1. Les Prémices de l’Intelligence Artificielle

Le terme “intelligence”est issu du latin “intelligentia” qui signifie comprendre et prendre des décisions. Depuis des siècles, les chercheurs tentent de reproduire cette intelligence qui défit toute espèce sur Terre afin de corriger ses biais. C’est à ce moment même qu’a commencé à émerger le terme d’Intelligence Artificielle.

La toute première machine que l’on peut retenir est Pascaline. Cette dernière fut inventé au XXVIIème siècle par Blaise Pascal afin de soulager les tâches de son père. En effet, fraichement nommé en tant que surintendant de la Haute Normandie, il se devait de revoir les recettes fiscales de la province. De cette invention, s’en suivent l’émergence de la calculatrice et les débuts de l’Intelligence Artificielle.

BLAISE PASCAL PASCALINE

Depuis ces années là, la technologie ne cesse d’évoluer et les créations en matière d’IA se font de plus en plus nombreuses.

2. La Définition de l’Intelligence Artificielle

Le terme d’Intelligence Artificielle est plus souvent utilisé sous l’acronyme “I.A” ou bien “A.I” lorsque l’on évoque le terme anglais “artificial intelligence”. Elle pourrait se définir simplement comme étant l’ensemble des théories et techniques développées pour simuler l’intelligence humaine à l’aide de procédés informatiques. Ces techniques permettent aux machines de raisonner et d’apprendre comme un être humain, d’où le terme de “deep learning”. De la naissance du concept de l’I.A, on comprend que ces machines dotées d’Intelligence sont capables d’effectuer des tâches normalement accomplies par les Hommes.

3. L’Histoire et l’Origine de l’IA

Avant même l’émergence de l’I.A, les automates furent les premières machines capables de reproduire des tâches et des mouvements au même titre que l’être humain. Prenons l’exemple de l’automate “canard digérateur” de Jacques Vaucanson. Toujours est-il, c’est depuis l’arrivée des 1ers ordinateurs dans les années 1940 qu’est né cet engouement pour l’Intelligence Artificielle.

4. Alan Turing et le “Test de Turing”

Alan Turing est un mathématicien et cryptologue (métier visant à sécuriser des données sensibles) britannique du XXème siècle et sans aucun doute le pilier de l’Intelligence Artificielle. Il est également considéré comme le créateur de l’ordinateur. D’ailleurs, dans la culture populaire, il serait à l’origine du logo de la pomme croquée d’Apple. En effet, il se serait donné la mort en mordant dans une pomme empoisonnée au cyanure. Ce héros de guerre eut une vie plus que tragique car à l’époque, son homosexualité était considérée comme un délit en Angleterre. Condamné à la castration chimique, il se serait délibérément donné la mort.

ALAN TURING

Alan Turing a joué un rôle fondamental dans l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale puisqu’il était chargé de déchiffrer le code d’Enigma, la machine électromécanique portable utilisée par les Allemands pour communiquer entre eux. Après plusieurs années de recherches acharnées, il eut trouvé comment intercepter les échanges des allemands et réussi à sauver plus de 14 Millions de personnes. C’est d’ailleurs sur ce rôle crucial  de cryptanalyste que se base le Biopic Américain de Morten Tyldum : Imitation Game. 

Le “Test de Turing” du père fondateur de l’IA

“Je propose de réfléchir à la question : les machines peuvent-elles penser ?”, tels étaient les mots d’Alan Turing dans sa publication d’Octobre 1950. Afin d’expliciter ses propos, il eut l’idée d’un test : le “Test de Turing” qui consiste à déterminer si une machine est “au moins” aussi intelligence qu’un humain. A l’origine de l’expérience, Alan Turing s’était inspiré d’un “jeu d’imitation” grâce auquel il aurait donné ce même nom à son expérience. Par la suite, c’est en 1968 que serait né le terme de “Test de Turing” issu des nouvelles de Science-Fiction de Arthur C. Clarke, par la suite adapté au cinéma : l’Odyssée de l’Espace en 2001.

Voici une infographie du fonctionnement du “Test de Turing” :

Test de Turing

Vous l’aurez compris, ce test met en scène trois parties : le questionneur, la machine et l’humain. Le questionneur pose une multitude de questions aux deux entités séparées dans deux pièces différentes et reçoit des réponses à intervalles de temps définis. Cet intervalle est nécessaire pour que le questionneur ne puisse prendre en compte le temps de réponse de (A) ou de (B).  Au fil du temps, une conversation s’établie et il doit déterminer quelles réponses proviennent de l’ordinateur. Si ce dernier est incapable de déterminer quelles étaient les propos de la machine, alors la machine elle même aura passé le test avec succès. Il faut savoir que ce test a suscité de vives débats.

Le Test présente-il des limites ?

Ce test suscite de vives débats puisqu’il se base sur des croyances affirmant que l’Homme est en capacité de déterminer l’intelligence de la machine en comparant son comportement avec le sien. De ce fait, certains mathématiciens remettent en doute le Test de Alan Turing, le jugeant sans valeur. Notamment puisque l’interrogateur doit être également assez sophistiqué pour déterminer si oui ou non, le comportement de la machine diverge de l’humain. Aujourd’hui, certains chercheurs jugent ce test plutôt comme une distraction qu’une avancée scientifique.