> Accueil » Faut-il faire confiance aux robots qui nous ressemblent ?

Faut-il faire confiance aux robots qui nous ressemblent ?

Faut-il faire confiance aux robots qui nous ressemblent ?

Découvrir d'autres thèmes

La naissance des robots

L’arrivée des robots dans notre vie n’est pas nouvelle. En effet, le 1er robot fut créé dans les années 1960 à l’instar de George Devol, l’un des pionniers de la robotique industrielle. La robotique industrielle consiste en un contrôle automatique et reprogrammable de type soudage, peinture et assemblage. Elle fut premièrement utilisée pour les assemblages automobiles et c’est en 1961 qu’elle est utilisée dans l’entreprise General Motors.

robots

Cependant, les ancêtres des robots ne sont autres que les automates. C’est-à-dire des systèmes programmés permettant de reproduire de façon autonome des missions sans l’intervention humaine à l’aide de technologies mécaniques uniquement.

Mais qui fut donc le premier robot ?

Le premier robot à proprement parlé et vous le connaissez tous aujourd’hui… est l’ordinateur. Conçu pendant la Seconde Guerre Mondiale et sorti juste après, il est considéré comme la révolution numérique par excellence !

Les robots qui nous ressemblent comme deux gouttes d’eau…

Du progrès technique et numérique, naquit Sophia, le premier robot humanoïde a obtenir une nationalité (saoudienne). Bien que de nombreux tests furent élaborés avant la sortie de Sophia en Octobre 2017, elle reste de loin le robot doté d’Intelligence Artificielle le plus célèbre. Une création plus que controversée puisqu’il était important d’établir si oui ou non le robot devait obtenir le droit de vote ou de mariage au même titre que les humains.

sophia robot

Image issue de https://fr.sputniknews.com/

Quels dangers ces robots ont sur la survie de notre espèce ?

Nombreux sont les dangers que je peux recenser quant à la création de robots humanoïdes tels que Sophia. La citoyenne est capable d’apprendre tout et de s’imprégner du comportement humain pour en imiter les gestes. En effet, en plus de contrôler ses mouvements, elle est aussi capable de répondre à des questions. Ce qui lui a valut de nombreuses interviews médiatisées. De plus, Sophia est également dotée de la reconnaissance faciale, prouesse qui n’est pas détenue par tous les humains sur terre.

Les dangers de l’Intelligence Artificielle sont sans précédent. Dans un premier temps, il faut rappeler que l’on octroie une nationalité à une “personne” qui n’est pas humaine.

robot humanoide

Qu’en est-il de tous ces textes de lois qui régulent et limitent l’obtention d’une nationalité ?

Le robot humanoïde endossera-t-il le rôle de citoyen ? 

L’Homme ne court-il pas tout simplement à sa perte ?

Même si certains pensent que l’Intelligence Artificielle ne viendra pas palier aux capacités humaines, il est tout de même dangereux d’essayer. Bien que les avis divergent sur la question, les robots “non humain” ne doivent pas tendre à ressembler aux êtres humains. Il s’agit d’une réelle angoisse pour les anti-I.A, d’autant plus lorsque ceux ci ont notre apparence.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.